Les oiseaux dans les collections

One single bird can keep a registrar occupied for quite a while.(c) Hans Bleh http://www.highspeedfotografie.de/

Un seul oiseau peut garder un régisseur occupé pendant un bon bout de temps.
(c) Hans Bleh http://www.highspeedfotografie.de/

Nous avons parlé des #registrardreams (rêves de régisseurs) il y a peu et j’en ai un spécial : je souhaite qu’au moins une fois, quand mon directeur vient, il me trouve dans une blouse de travail propre avec un bureau rangé et lui rapportant qu’il n’y pas de problème sérieux. Mais cela n’est pas arrivé durant les dix dernières années. A chaque fois qu’il me voit, je suis pour une raison ou une autre sale de poussière ou d’huile de machine et quelques collègues jurent qu’une fois je lui ai dit de se dépêcher car j’avais beaucoup de travail à faire. Quoi qu’il en soit, je suis vraiment contente qu’il ne soit pas venu l’autre jour lorsque je courrai de long en large dans la réserve, en brandissant un balais et criant, le tout afin de chasser un oiseau de la salle. Non seulement je me suis comporté comme une idiote, mais je ressemblais aussi à une œuvre d’art contemporaine faite de toiles d’araignées, parce que l’oiseau volait dans les coins les plus éloignés, qui n’avaient pas vu de balais depuis des lustres. Debout à regarder l’oiseau qui ignorait constamment la porte grande ouverte, je me suis demandée si j’étais la seule chargée de collection sur Terre moquée par un oiseau, et si je pouvais faire mieux.

De toute évidence, si vous vous posez vous-même la question, les réponses sont limitées, donc j’ai demandé à mes collègues de la liste de diffusion RCAAM. J’ai reçu un tas de choses qui m’ont éclairé et quelques histoires fabuleuses au sujet des oiseaux dans les collections. Donc, maintenant je suis apte à fournir un guide étape par étape sur la manière de manipuler les oiseaux dans les collections (s’ils ne sont pas morts ou naturalisés) :

  1. Fermer toutes les portes dans la salle où l’oiseau est.
  2. Ouvrir toutes les portes et fenêtres qui mènent vers l’extérieur.
  3. Eteindre toutes les lumières, pour que les seules lumières viennent de l’extérieur et attirent l’oiseau.
  4. Taper dans les mains, balancer des balais, crier, se comporter comme un idiot, faire tout pour chasser l’oiseau vers les ouvertures. Plus les portes/fenêtres sont ouvertes, plus l’oiseau peut partir.
  5. Lorsque l’oiseau est sorti, fermer toutes les portes et les fenêtres.
  6. Rechercher les trous qui ont permis à l’oiseau d’entrer et bouchez-les (comme Elizabeth Alberding a dit : « Si vous pouvez sceller votre bâtiment vous allez bientôt être connu comme le “chuchoteur d’oiseaux” de votre musée »).

Kara Vetter a souligné qu’il existe des dispositifs de dissuasion qui peuvent être installés à proximité des portes si c’est par là qu’ils entrent.

Anne T. Lane a fourni une vraie histoire de MacGyver :

It's a good idea to inform the colleagues with a sign.

Si vous fermer la porte d’une salle parce qu’il y a un oiseau à l’intérieur, c’est toujours une bonne idée d’en informer ses collègues.

« Nous avons déjà eu ce problème dans un bâtiment très ouvert dans lequel je travaillais, où il n’y avait aucun moyen de fermer entre les étages. Ils ne pouvaient pas aller dans la réserve, mais ils se sont affaiblis puis sont morts sur les rebords des fenêtres sur la mezzanine. Nous en avons pris un une fois, en faisant une sorte d’épuisette sur un cerceau fait de fils, un manche à balais et une bâche en plastique léger. Oh, et du scotch bleu. Mon régisseur monta sur une grande échelle sous une des rotondes et a oscillé vers l’oiseau – J’étais terrifié qu’il bouge lui-même droit vers le sol en carrelage. Mais il a attrapé la pauvre chose. Je l’ai emporté dehors et relâché, puis il s’envola ».

Aucun oiseau, mais une chauve-souris qui s’est moquée de Janice Klein quand elle était directrice d’un petit musée :

« Le musée avait un plan grand ouvert (autre que les salles de repos), mon bureau était le seul espace avec une porte, donc quand une chauve-souris au petit museau marron est apparu en fin d’après-midi lorsque tout le monde était rentré chez soi, c’est à ce moment que je devais la chasser. Lorsque je l’ai eu dans la salle elle a commencé à paniquer et a utiliser l’écho-localisation (et franchement, j’ai également fait ces petits sons étranges, alors que je ne savais rien sur les chauves-souris). J’ai réussi à la piéger dans une zone du haut, mais je ne savais pas quoi faire. Il faisait un froid glacial à l’extérieur, ce qui est sans doute la raison pour laquelle elle a trouvé un chemin pour entrer dans ce bâtiment chaud, donc je ne voulais pas simplement lui montrer la porte. J’ai appelé une connaissance (c’est toujours payant d’avoir un naturaliste à disposition qui est enclin à donner un refuge aux créatures sauvages dans son sous-sol) et alors que nous attendions, j’ai finalement compris pourquoi un de mes détecteurs de mouvement avait sonné la nuit précédente ».

Et Suzanne Quigley fournit des conseils pratiques sur ce qu’il faut faire si les piverts deviennent un problème :

Of course, there are birds in collections that are not an issue.

Bien sûr, il y a des oiseaux dans les collections qui ne sont pas un problème .


« Je suis aussi dans une zone rurale (un récent changement de vie). Après avoir quitté ma vie dans les grandes villes, j’ai eu beaucoup à apprendre. Mais dans le présent débat, j’ai un peu appris sur les piverts. Cela est devenu important comme je vis dans une maison en bois. Une fois que nous avons compris d’où était cet horrible bruit, et j’ai vu ce que ces petits démons faisaient sur le côté de la maison – c’était la guerre. La bataille a été gagnée d’une étrange, mais amusante manière. Personne ne remarque (parce qu’on ne recherche pas ça), mais à l’extérieur il y a des tâches plus ou moins discrètes que nous avons épinglées (avec des punaises claires) presque 3 mètres de brillantes bandes de Mylar argenté (le type qu’on utilise pour emballer des cadeaux) en forme de boucles faites avec le bord d’une paire de ciseaux – c’était il y a trois ans et plus de piverts depuis ! »

Bien, j’ai appris beaucoup plus que je ne l’espérai. Merci à Kara Vetter, Anne Lane, Elizabeth Alberding, Julie Blood et Suzanne Quigley pour les réponses et Maria O’Malley de m’avoir convaincu d’écrire un message sur Registrar Trek à ce propos.

Oh, en passant, j’ai finalement réussi à chasser ce petit garnement de ma réserve, sécurisant mon collègue et lui souhaitant une bonne nuit par téléphone. La poursuite d’un oiseau est une chose, mais être appelé au milieu de la nuit à cause d’un système d’alarme qui s’est déclenché est bien pire.

Traduction en français par Aurore Tisserand.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

This post is also available in: Anglais Espagnol Allemand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *