FAUX « Real » Partie 1 : Aux trousses d’un faussaire

Quand je pense aux histoires remarquables des régisseurs, la première chose qui me vient à l’esprit est l’histoire du faussaire d’art Mark Landis. Son contrefaçon a été découvert par régisseur Matthew C. Leininger: depuis lors il le suit de près. Je suis très contente qu’il a contribué son historie. On le postera comme un roman policier publié en feuilleton, alors suiveznous pour chaque « épisode » ! Vous pouvez regarder un clip sur youtube qui montre quelques contrefaçons de Landis ici. http://www.youtube.com/watch?v=rR25Z2jDHSY Landis continue son travail de faussaire alors sa photo et ses pseudos se trouvent dans chaque partie. C’est notre but de tenir informé les travailleurs des musées du monde sur ses activités. Si vous le connaissez nous vous prions de contacter Matt Leininger avec toute votre information. Merci! –Angela

Ce que je vais partager avec vous sont les découvertes de ma rencontre personnelle avec celui qui le New York Times appelait “le faussaire le plus prolifique de nos jours.” J’étais régisseur et chef de département à l’Oklahoma City Museum of Art en 2008 quand tout à commencé.

picture: LSU University Art Museum

Mark Landis
Pseudos:
2009 – Steven Gardiner
2010 – Father Arthur Scott
2011 – Father James Brantley
2012 – Mark Lanois

Régisseurs sont les vrais gardiens des collections et leur savoir-faire développé au fil du temps devient une seconde nature en examinant les oeuvres, en particulier quand ils viennent d’un d’origine
obscure. Le 7 août 2008, mes efforts assidus et mon oeil perspicace étaient récompensés d’une manière inattendue quand j’ai découvert Mark Augustus Landis de Laurel, Mississippi. Plus tôt en 2008 Landis a donné une aquarelle “de” Louis Valtat à l’Oklahoma City Museum of Art (OKC). Nous étions si enthousiaste que nous l’avons encadré et installé dans la gallérie sans hésitation et sans recherche.

Ce n’était que ce cadeau qui nous a rendu fou, mais aussi la promesse des dons futurs et l’argent pour une dotation dont Landis nous a parlé. Nous avons reçu le Valtat au mois de mai 2008. Juillet 2008, Landis est arrivé au musée au milieu de l’installation la plus difficile que le musée a jamais entrepris. On m’a dit de tout stopper (aussi le directeur et le chef conservateur) et fayote Landis.

Deux jours et demi écrasants, c’est le moins que l’on puisse dire ! Le personnel considérait Landis plus qu’obscure…qu’il avait quelque chose qui clochait. Nous l’avons acheté un déjeuner..qu’il n’a jamais mangé. Le chef conservateur lui a conduit à l’aéroport pour son retour à Laurel (avais-je mentionné que Landis a payé ses propres billets d’avion, hôtel et repas ?). Landis s’est endormie à la porte et quelqu’un lui a volé tous ses biens! Nous avons dû retourner à l’aéroport et l’aider à prendre un nouveau billet.

J’ai noté le 7 août et je me le souviens bien. Nous étions en train des préparer les cinq dons pour l’acquisition. Je recherchais les oeuvres…et voilà ! Savannah College of Art and Design a reçu la même aquarelle Paul Signac de Landis presque au même temps qu’il était à OKC. Puis une huile sur panneau de Stanislas Lepine. Cet ouvrage figurait dans un communiqué de presse sur le site web de St. Louis University Museum of Art. Ah, oui… donné par Landis. J’avais mis le doigt sur quelque chose…

J’ai recherché l’autre trois –et je les ai trouvés aussi dans d’autres collections aux E.U. Cela fait cinq ans maintenant que je suis les activités de Landis, et j’ai découvert plus de cent faux donnés par Landis dans vingt États et plus de 50 institutions… Et je suis le seul à l’avoir trouvé et à le révéler son escroquerie au monde.

Et cela ne fait que commencer ; je n’ai que gratté avec ce blog. J ’espère que vous aimez bien me suivre dans la continuation ! Merci à Angela Kipp de m’avoir invité à participer.

À la prochaine !
Matt

Traduit de l’anglais par Kelsey Brow

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

This post is also available in: Anglais Espagnol Allemand

4 comments

  1. elise brink dit :

    If this forger « gifted » all these paintings, what did he get out of it?…. a free lunch and some museum store freebies? I am just confused by what I read, I guess.

    Thanks

    ______________________________

    Español:

    Si este falsificador « donó » todas estas obras, ¿qué le hizo salir de ellas? …. ¿un almuerzo gratis y algunos regalos de la tienda del museo? Estoy confundida por lo que he leído, supongo.

    ______________________________

    Deutsch:

    Wenn dieser Fälscher seine ganzen Fälschungen « geschenkt » hat, was hatte er davon?… Ein kostenloses Mittagessen und einige Werbegeschenke aus dem Museumsshop? Ich bin nur verwirrt von dem, was ich hier lese, vermute ich.
    Danke

    • Matthew Leininger dit :

      There is much more to share on Landis. I am glad to see your reply and I can guarantee that after this blog has ended, you will no longer be confused but ask yourself, seriously… what was this forger really up to? -M

      ______________________________

      Español:

      Hay mucho más que decir sobre Landis. Me contenta ver tu comentario y puedo garantizar que luego de que esta historia haya terminado, ya no estarás confundida, pero pregúntate seriamente… ¿qué era lo que este falsificador estaba realmente tramando? -M

      ______________________________

      Deutsch:
      Es gibt noch wesentlich mehr zu Landis zu sagen. Ich bin froh, dass sie nachfragen und ich verspreche Ihnen, dass sie am Ende dieses Blogs nicht mehr verwirrt sein werden, sondern sich fragen werden, mal ehrlich… auf was war dieser Fälscher eigentlich aus?

    • Angela dit :

      That’s exactly why I find this story so disturbing… and worth telling.
      Best,
      Angela

      ______________________________

      Español:

      UPDATE. Esa es exactamente la razón por la que esta historia me parece tan inquietante … y que vale la pena contarla.
      Saludos,
      Angela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *