Collections et expositions – une relation fusionnelle

Anne T. Lane

Installing an exhibition is teamwork. Thanks to Matt Leininger for the picture.

Mettre en place une exposition est un travail d’équipe. Merci à Matt Leininger pour la photographie

Une exposition peut être conçue de diverses façons. Généralement elle se base sur une idée, et les textes ainsi que les œuvres d’art viennent justifier l’idée originelle. Parfois, un objet ou un groupe d’objets peuvent incarner une idée, et le reste de l’exposition se construit autour de cet ensemble. En outre, une exposition peut aussi être entièrement constituée de fac-similés, et l’idée générale se développe à travers ces reproductions d’objets. Néanmoins si les œuvres d’art font partie des collections du musée ou doivent être empruntées à une autre institution ou à un particulier, le département en charge des collections est très vite réquisitionné.

Choisir les candidats pour une exposition au milieu de tous les objets disponibles passe en premier lieu par une phase de recherches – au sein de la base de données, ou auprès de potentiels prêteurs. Une liste des possibilités est ensuite donnée à la régie des collections qui apporte alors ces objets à un restaurateur ainsi qu’au scénographe. Chaque œuvre est évaluée non seulement selon son aptitude à illustrer le propos de l’exposition, mais aussi selon son état et sa vulnérabilité face aux risques de manipulation et à leur exposition à la lumière. Parfois juste leur taille ou leur poids suffisent à faire un choix, ou si l’objet peut être protégé ou non de la curiosité des visiteurs qui ne savent pas toujours à quel point un objet peut être endommagé en le touchant.

Une fois que la liste d’œuvres est établie, une série d’étapes se succède afin de préparer les objets pour l’exposition. Les constats d’état sont mis à jour ou réalisés, complétés par des photographies. Le scénographe doit avoir connaissance de la taille et de l’éclairage requis pour chaque objet afin de déterminer leur soclage et leur localisation, ainsi que les possibles besoins en cas de remplacement des œuvres fragiles. Enfin l’équipe en charge de la collection doit décider quel socle ou support est nécessaire afin d’assurer la stabilité de chaque objet. Le scénographe et cette équipe auront donc de solides connaissances sur les matériaux à utiliser afin que les œuvres soient exposées dans un environnement sain. Cela n’inclut pas que les socles, les supports ou le conditionnement, mais aussi les encres, les adhésifs et les produits utilisés pour la scénographie.

Just in case... the registrar makes sure the lights are alright. Thanks to Abbi Kaye Huderle for the picture

Au cas où.. le régisseur des collections s’assure que le niveau de luminosité est le bon. Merci à Abbi Kaye pour la photographie.

L’installation des œuvres se réalise toujours collégialement. Afin que tout se déroule dans la plus grande harmonie, toutes les personnes concernées doivent savoir où et quand chaque œuvre sera installée. Les équipes et leurs assistants transportent ensemble les objets de leur lieu de stockage à la galerie d’exposition, dégageant les espaces empruntés et ouvrant les portes si besoin. Une fois que les œuvres sont dans l’espace d’exposition, il doit toujours y avoir une personne pour bloquer l’accès aux personnes non autorisées à entrer. Les soclages sont alors mis en place, les objets sont installés, et ensuite l’éclairage est ajusté. L’équipe technique se poste alors sur des échelles, l’équipe de régisseurs et conservateurs reste au sol, cherchant à ajuster et à contrôler le niveau de luminosité afin que les collections soient correctement éclairées mais sans être mises en danger par une luminosité excessive. Le confort du public est aussi pris en compte, puisqu’une lumière trop forte éblouissant les visiteurs serait préjudiciable. Un dernier coup de chiffon sur les vitrines en plexiglas et l’ouverture peut avoir lieu.

Néanmoins même après l’ouverture d’une exposition, les équipes technique et de régisseurs doivent vérifier régulièrement que les vitrines sont propres, que rien n’a été déplacé, que les visiteurs n’ont pas trouvé un moyen d’accéder ou d’endommager les objets, et que les niveaux de luminosité requis restent stables. L’équipe en charge de la collection vérifie aussi la présence éventuelle de parasites. Si quelque chose cloche, cela sera transmis au département approprié et résolu avec le moins d’incidence possible sur l’exposition.

Traduction en français par Marine Martineau

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

This post is also available in: Anglais Espagnol Allemand Portugais - du Portugal Grec moderne

One comment

  1. Peter Klein dit :

    Thank you! Your advice can be followed by small museums.

Répondre à Peter Klein Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *